logo ScriptNous contacter

VENIR NOUS VOIR (sur rendez-vous)

17 bis avenue Salvador Allende 33130 Bègles

Manuscrit

Aucun manuscrit reçu ne sera retourné. Nous ne publions que des textes d’auteurs associés ou des ouvrages qui témoignent de nos coopérations artistiques et culturelles. Toutefois, si vous souhaitez prendre un avis ou faire corriger vos écrits, n'hésitez pas à nous contacter.

CATÉGORIES :
Théâtre

PRIX PUBLIC

11,00 

Demain, même endroit, même heure

Claude Bourgeyx

Ce texte a été édité à l’occasion de la création de la pièce à la Halle des Chartrons à Bordeaux, en décembre 2001, dans une mise en scène de Jean-Paul Rathier, co-production Script, Théâtre national de Bordeaux Aquitaine et Iddac – Agence culturelle de la Gironde.

RÉSUMÉ

Chez les Leprince la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Ce serait plutôt un puits sans fond. La vérité qui en sort est celle d’un délire partagé où chacun se pose en victime de l’ordre établi par le discours de l’autre. Toujours gros de haine et de menace.

Sous l’uniforme que portent les Leprince se cache un sale petit secret de famille. L’inceste et le crime y ont partie liée. Comme dans toute bonne tragédie. Et chaque jour que Dieu fait, il faut rejouer la scène. Puisque c’est écrit.

Habile à déjouer les conventions théâtrales, Claude Bourgeyx épingle dans ce texte drôle et inquiétant le faux dilemme du destin et de la liberté. C’est par les surprises de l’humour qu’il donne accès à cette dimension tragique de l’existence, sans jamais sombrer dans le pathos. Il rejoint ici Beckett dans « Le rire qui rit du rire ». Et c’est libératoire.

EXTRAIT

« Roberta : Alors, comme ça, vous venez vous faire égorger.
La réplique de Roberta a pour effet immédiat d’alléger l’atmosphère. Paul et Édith Jambon se détendent, le ton de la conversation perd sa rigidité mondaine. On sent que cette réplique apporte à chacun un grand soulagement. 
Édith : Ah ! c’est donc cela. Nous sommes ici pour l’égorgement ! Tu entends, Paul ? C’est pour l’égorgement. C’est bête, je ne m’en souvenais plus.
Paul : Bon sang de bois, où avais-je la tête ? Pour un peu, nous allions faire tout rater. J’avais oublié la raison de notre visite, moi aussi. […] Je me demande comment nous avions pu oublier que nous venions nous faire égorger. Ce n’est pourtant pas rien.
Roberta : Une chance que ça me soit revenu ! De toute manière, vous n’y auriez pas échappé.
Édith : C’est le destin.
Paul : Ce qui est écrit doit s’accomplir. Comme on dit, quand c’est écrit…
Édith : … c’est écrit ! »

 

Couverture – dessins préparatoires à la scénographie :
Michel Herreria et Max Michelena

Fiche Technique

Dimensions : 14x22.5cm
Nombre de pages : 64
Poids : 158gr
 
Conception graphique : Thierry Demoulière et Antoine Rathier
Impression livre : Graphic Impression
 
Date de parution : novembre 2001
ISBN : 978-2-911511-11-5

No results found.
DU MÊME AUTEUR :
Claude Bourgeyx
Moulins à Paroles
Petites fêlures
Mademoiselle Werner
Dernières fêlures
Écrits d’amour
Le Père Noël n’embrasse plus
CATÉGORIES :
Théâtre
Oiseau Margelle
Nationale 10 Voix de passage
Sorcières
Les Comédies de l’Estuaire
Mobylette
Les yeux si clairs de Bonnie & Clyde
Petites fêlures
Écritures de l’Estuaire
Écrits d’amour
Mascaret-Dérive d’Estuaire
Vues d’ici
Mademoiselle Werner