logo ScriptNous contacter

VENIR NOUS VOIR (sur rendez-vous)

17 bis avenue Salvador Allende 33130 Bègles

Manuscrit

Aucun manuscrit reçu ne sera retourné. Nous ne publions que des textes d’auteurs associés ou des ouvrages qui témoignent de nos coopérations artistiques et culturelles. Toutefois, si vous souhaitez prendre un avis ou faire corriger vos écrits, n'hésitez pas à nous contacter.

CATÉGORIES :
Théâtre

PRIX PUBLIC

11,00 

Mademoiselle Werner

Claude Bourgeyx

Ce monologue a été édité à l’occasion de la création de la pièce au TNT Manufacture de chaussures à Bordeaux, en décembre 2000, dans une mise en scène de Jean-Louis Thamin, production du Théâtre national de Bordeaux Aquitaine.

RÉSUMÉ

Chez cette vieille fille, tout est insignifiant… en apparence ; mais derrière la façade il s’en passe de belles ! Elle fait de sa vie accidentée un ouvrage d’art dérisoire, un chef d’œuvre d’absurdité…

Mademoiselle Werner a quelques bonnes raisons de contester sa parenté. Un père démissionnaire, qui se prétendait adjudant, et dont la rumeur ne cesse de colporter des bizarreries de caractère un tantinet perverses. Une mère prématurément décédée, gouvernante dudit adjudant, forcément prédisposée dans les rapports domestiques à un masochisme de bon aloi.

Comment faire sa vie avec ça ? La seule issue est d’inventer son destin sans se laisser distraire par les idées reçues de ceux qui, comme vous, souffrent du mal d’aimer. Mademoiselle Werner le sait, sans l’avoir appris de Flaubert : « L’évidence vous aveugle, quand elle ne vous crève pas les yeux ». Voilà pourquoi elle fonce, les yeux bandés, dans les plus sordides impasses existentielles.

EXTRAIT

« Moi, je ne m’ennuie jamais. J’ai toujours quelque chose d’utile à faire, souvent des bricoles, trois fois rien, mais ça m’occupe. Pour ne pas m’ennuyer, je sais m’occuper utilement, mais j’ai aussi des occupations frivoles, entre autres j’aime bien jeter par la fenêtre des préservatifs remplis d’eau. Quand ils arrivent en bas, sur le trottoir, cinq étages plus bas, ils explosent bruyamment. Les gens sont éclaboussés. Et la frayeur que ça leur fait ! Je suis morte de rire. Les préservatifs, je les achète pas boîtes de douze, une boîte me fait à peine la semaine. M. Roger, mon voisin du dessus, n’est pas au courant de cette activité. Je ne lui dis pas tout. S’il était au courant, il me désapprouverait ; il dirait que c’est du gaspillage. C’est un homme près de ses sous ! »

 

Préface :
Jean-Louis Thamin

Fiche Technique

Dimensions : 14x22.5cm
Nombre de pages : 48
Poids : 158gr
 
Conception graphique : Thierry Demouliere
Impression livre : Imprimerie Coupeaud
 
Date de parution : novembre 2000
ISBN : 978-2-911511-09-3

No results found.
DU MÊME AUTEUR :
Claude Bourgeyx
Le Père Noël n’embrasse plus
Écrits d’amour
Dernières fêlures
Moulins à Paroles
Demain, même endroit, même heure
Petites fêlures
CATÉGORIES :
Théâtre
Le Père Noël n’embrasse plus
Sorcières
Dernières fêlures
Moulins à Paroles
Mascaret-Dérive d’Estuaire
Vues d’ici
Mobylette
Demain, même endroit, même heure
Écritures de l’Estuaire
Les Comédies de l’Estuaire
Les petites comédies de l’eau
Les yeux si clairs de Bonnie & Clyde