Voisinages 2009

Les Jardins d'à côté

D’UNE SAISON L’AUTRE

 

Au cours de la saison 2016 > 2017, l’association Script mettait en œuvre le projet J’ai un plan ! avec un groupe de demandeurs d’asile accueillis par le CADA de Bègles. Cette première saison partait d’une intuition fort bien résumée par cette formule de Jean-Christophe Bailly, découverte dans l’après-coup de notre action : Il y a des rues sur les plans qui sont comme des mots sur la langue.

 

On pourrait dire de la saison 2, telle qu’elle s’est donnée à vivre en 2018 : Il y a des images dans les rues qui sont comme des mots sur le bord de l’âme. C’est ainsi que nos itinéraires et vagabondages sont entrés en poésie, nous ont pris dans leur sillage.

 

Pour ouvrir cette saison 2 de J’ai un plan ! l’intention proposée à celles et ceux qui voudraient bien se joindre à nous tenait en quelques mots : «C’est par une approche de l’environnement urbain que nous nous acheminerons dans la langue. Chacune des personnes allophones associées au projet sera invitée à dire ce qu’elle voit, ce qu’elle ressent, ce qui la questionne ou la fait rêver. Par la médiation de la photographie, par la pratique de la conversation – en passant d’une langue à l’autre – il s’agira d’écrire en français des textes courts. Pour faire image, faire signe. Et surtout faire ensemble.

 

Alors nous avons glané ici et là dans la ville des images et des mots, puis nous les avons posés ensemble sur une table pour les partager. Nous nous sommes parlé, avec les yeux et les mains, avec un traducteur et des dessins. Avec tout ce que nous avions en nous, les uns et les autres. À commencer par le silence, le silence d’avant les mots. Une hésitation, une pudeur, une retenue, un sourire d’avant les mots. Et aussi ce regard qui baisse les yeux et cherche l’autre en même temps. C’est peut-être ça le lieu premier de l’hospitalité, un lieu où la poésie se déploie en silence, met le temps en suspend, et rend possible le déroulé du chemin.

 

Geneviève Rando, Jean-Paul Rathier et Martine Rathier

 

Conception : Antoine Rathier